Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'univers de Frank William Batchou

L'univers de Frank William Batchou

Nous vous présentons dans ce blog toute l'actualité sur le Cameroun. Et une ouverture sur le monde... Merci pour vos commentaires et surtout vos critiques constructives


Paul K. Fokam dévoile les axes de son nouveau livre

Publié par Franky Willy sur 26 Août 2009, 11:43am

Catégories : #Culture

Yaoundé

Paul K. Fokam dévoile les axes de son livre

 Paul, on cogite


Les librairies du Cameroun viennent de s’enrichir d’un nouveau livre. Il s’agit d’un essai intitulé « L’entreprise africaine et la mondialisation » du docteur Paul K. Fokam. En prélude à sa cérémonie dédicace, le siège de l’Africaine d’édition (Afrédit), sis au carrefour Régis à Yaoundé, a abrité le 25 août 2009 une conférence de presse donnée par le dr. Fokam, auteur du livre. Il était accompagné de Simone Edzoa, directrice générale de l’Afrédit. La rédaction de cet ouvrage a été motivée par le fait que la mondialisation est un phénomène irréversible. C’est pourquoi, d’après l’essayiste, « nous (africains) devons prendre la mondialisation à bras le corps dans la mesure où, cette machine a déjà été mise en branle. Cet intérêt nous évitera d’être à la traîne. Bien que tout le monde ait peur de la mondialisation, nous vivons avec elle ».

Il rappelle par ailleurs que l’Afrique est le creuset de la civilisation. Mais, il lui manque une conscience de développement qu’elle ignore. Pour sortir de cette léthargie et se mettre au pas de la mondialisation, « nous avons besoin de développer des efforts énormes, comparables à ceux de nos collègues occidentaux pour être de vrais acteurs de l’économie mondiale. L’Afrique doit être un acteur de l’économie mondiale sans quoi, elle devient passive de cette économie dont elle a pourtant les potentialités. Lesquelles passent par le milliard de consommateurs donc dispose l’Afrique », rappelle-t-il. Et d’ajouter : « La méthode pour parvenir à cette mondialisation est le travail qui se décline par le développement du savoir des africains, de leur force de travail et réduire ce complexe d’infériorité qui empêche l’africain d’atteindre le sommet ».

Cet essai divisé en trois parties comporte neuf chapitres. Selon l’auteur, le contenu de l’œuvre s’arrime à la nécessité de placer l’entreprise africaine face aux affres de la mondialisation. Ce souci premier passe par la recherche des variétés identitaires, culturels à même de dresser une philosophie de l’entreprise africaine. Ce regard se veut fondamental dans la mesure où l’africain chancelle dans les mutations profondes de la mondialisation tant sur le plan économique, social que politique. A cet effet, le chercheur se donne pour devoir de positionner les armes à même de permettre à la jeune entreprise africaine de sortir de ce bourbier qu’orchestrent les bailleurs de fonds, les gestionnaires locaux et les mentalités rétrogrades, creuset du laxisme en vogue. Phénomène qui est à l’origine de la croissance croissante de la pauvreté en Afrique. L’auteur à travers la problématique, pose la question de savoir si la mondialisation peut être bénéfique à l’africain vu le grand retard qu’il accuse sur tous les plans. La réponse est dans le livre.

Frank William BATCHOU

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Articles récents