Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'univers de Frank William Batchou

L'univers de Frank William Batchou

Nous vous présentons dans ce blog toute l'actualité sur le Cameroun. Et une ouverture sur le monde... Merci pour vos commentaires et surtout vos critiques constructives


Patrice Monthé: Nous formons des jeunes rugbymen des quartiers et les collèges

Publié par Franky Willy sur 25 Septembre 2009, 12:54pm

Catégories : #Rugby

Interview

Patrice Monthé

Le président de la Fédération camerounaise de rugby parle des difficultés auxquelles les membres de la fédération ont fait face durant la saison sportive 2009/2010 achevée le samedi 12 septembre 2009 au complexe sportif de la Beac de Yaoundé.

 

« Nous formons des jeunes rugbymen des quartiers et les collèges »

 

Quel bilan faites-vous de cette saison à l’issu de ce cette finale de la coupe du Cameroun de rugby ?

C’est un bilan satisfaisant de mon point de vue parce que nous avons pris le règne de cette fédération à la fin du mois de janvier 2009. Nous venons de finir la phase de coupe avec plus de 320 matchs livrés durant la saison. Un chiffre que nous n’avons pas eu depuis plus de trois ans dans le rugby au Cameroun. Je pense que les choses sont entrain de se remettre progressivement sur pied.

 

La finale de la coupe du Cameroun s’est jouée ce jour pourtant celle du championnat se joue la semaine prochaine. Pourquoi ?

Nous avons déjà prévu ces finales longtemps avant. Parce que nous avons voulu équilibrer les choses en faisant jouer la finale de la coupe du Cameroun à Yaoundé parce que c’est la capitale politique et celle du championnat à Douala parce qu’il n’y a pas mal de club là-bas. Cela ne pause aucun problème bien que la finale de la coupe du Cameroun de football se déroule demain.

 

L’équipe dirigeante sortante vous a accusé de corruption lors de votre élection. Cela vous a-t-elle posé de difficultés durant cette première saison de votre mandat ?

On parle beaucoup d’accusation sur le plan des accusations. En ce qui me concerne, je n’ai jamais consulté ni entendu par qui que ce soit. Pour moi, c’est un serpent de mer. Ceci étant, nous avons annoncé pendant la campagne électorale un plan quadriennal que nous avons aussi proposé au ministère de tutelle. Depuis lors, nous sommes allez à Bamako, nous avons fait jouer la coupe et le championnat national. Nous sommes à près de 80 millions de Fcfa payés par nos partenaires et nous.

 

Des innovations pour la saison prochaine ?

Nous avons d’abord choisi de mettre l’accent sur la formation des jeunes camerounais avec le rugby dans les quartiers et les collèges. Nous voulons que le rugby soit présent dans les dix régions du pays. Nous irons le 22 ou le 23 septembre prochain dans l’Extrême-nord, le Nord et l’Adamaoua. Partant de là, nous allons remplir les dix régions et en début novembre, nous allons relancer nos activités. Avec certains clubs et zones de France, nous avons travaillé sur le dossier de partenariat pour disposer de leurs infrastructures dont que, il y a beaucoup de travail parce qu’il n’y avait rien par le passé. Je pense qu’avec humilité et dévouement, nous allons y parvenir.

 

Le rugby camerounais a pris un envol au plan local pourtant au plan international, il peine encore…

Disons que l’équipe nationale pour se faire entendre doit d’abord être invitée à une compétition. Comme nous étions dans une période de transition, nous avons fait jouer les jeunes de moins de 17 ans dans le tournoi des moins de 17 ans à Bamako au Mali en février 2009. Ils ont joué la petite finale qu’on appelle la finale de la « plade ». L’équipe nationale quant à elle s’est rendue sous ma direction à Safir au Maroc où elle a joué contre le Maroc, le Sénégal et le Kenya. Malheureusement, c’était la première fois que nous regroupions l’équipe nationale depuis trois ans. Nous n’avons pas gagné de match. Nous espérons que les choses vont bien se passer lors des prochaines échéances.

 

Qu’est-ce qui a changé dans le rugby camerounais depuis que votre équipe et vous êtes là ?

Il d’abord la solidarité du groupe et la détermination des joueurs. Nos frères et amis de la diaspora sont extrêmement engagés et je crois qu’aujourd’hui, vous-même vous le sentez. Partout on parle du rugby que se soit à la télévision, à la radio ou dans la presse écrite. Le camerounais aime le rugby. Certains le redécouvrent. Nous avons un potentiel inouï. Je pense que dans les pays africains, nous sommes le pays qui a plus de joueurs dans le championnat français depuis le Top 14 jusqu’à la Nationale 2. Ceci signifie que notre rugby va se porter bien.

Propos recueillis par :

Frank William BATCHOU

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Articles récents