Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'univers de Frank William Batchou

L'univers de Frank William Batchou

Nous vous présentons dans ce blog toute l'actualité sur le Cameroun. Et une ouverture sur le monde... Merci pour vos commentaires et surtout vos critiques constructives


Des faux billets de 10.000Fcfa en circulation à Yaoundé

Publié par Franky Willy sur 31 Octobre 2009, 09:39am

Catégories : #Economie

Société – Monnaie

Echange

Ils sont utilisés par des faussaires lors de leurs multiples achats.

Des faux billets de 10.000Fcfa en circulation à Yaoundé

         

Les fausses coupures de billets de banques refont surface au Cameroun. Cette fois-ci dans la ville de Yaoundé. Tout commence aux environs de 20 heures 15 lundi dernier, 26 octobre 2009, dans une buvette non loin du carrefour Mvog-Mbi. Sous une pluie battante, un jeune couple, la vingtaine sonnée, entre dans la salle surchauffée par un air de bikutsi à la mode. Le jeune garçon demande à l’une des vendeuses installées dans le hall de la buvette de leurs servir deux plats de poisson à la braise. Le plat servit, le jeune-homme passe une commande de boisson, ceci pour mieux accompagner leur repas. La serveuse réclame de l’argent avant d’être servi. Ainsi dit, ainsi fait. Le jeune homme lui remet un billet 10.000Fcfa, flambant neuf. Selon la serveuse, le billet a été jugé faux par le détecteur de faux billets lorsqu’elle s’est rendue au comptoir. C’est alors que cette dernière se rend auprès d’un gérant de call-box installé hors de la salle. Le tout à l’insu du propriétaire de cet argent. Une dizaine de minutes plus tard, le gérant de call-box se pointe en vociférant à la vendeuse de poisson : « A qui appartient cet argent ? C’est un faux billet. J’ai mis la salive sur le bord du billet et je l’ai frotté. C’est du pur papier cacheté ». S’en suit une chaude dispute de près de quinze minutes.

De cette dispute, l’on apprend que c’est la troisième fois au cours de cette même journée qu’un problème de faux billets est déclaré dans cette enceinte commercial. Des soupçons sont immédiatement portés à l’endroit de la serveuse et du « call-boxeur ». « Nous trouvons ça très suspect de la part des deux. Comment se fait-il que c’est uniquement ces deux qui passent le temps à détecter les faux billets depuis le matin ? Ils ont certainement une liasse de faux billets qu’ils sortent pour tromper les gens et se faire de l’argent dans cet établissement. C’est incompréhensible », déclare le couple Essomba G., assis autour de la table, en face. B. Atangana pense, de sa part, que les éléments de la police devraient ouvrir une enquête dans cet endroit.

Quelques heures plutôt au carrefour de la poste centrale, un homme bien vêtu a été pris en flagrant délit. Il a tenté, apprend-on, de faire un transfert de crédit de 5.000Fcfa avec une coupure de faux billet de 10.000Fcfa. « Il était entrain de m’embrouiller avec des conversations sans sens. Il me criait toujours qu’il est pressé parce qu’il voulait que je lui remette son reliquat afin qu’il s’en aille », témoigne Sidonie, la gérante de call-box. Après qu’un proche ait détecté que le billet n’est pas de la bonne  qualité, le monsieur a été saisi. Dans une discussion surgit de nulle part, le « faussaire » a fondu dans la nature. Incroyable pourtant vrai ! D’après certains témoignages, des cas similaires sont récurrents depuis quelques temps dans la capitale politique camerounaise. Comme le cas enregistré au lieu dit Montée Nkodengui.

Les premières victimes seraient des bayam-sellam dont leur seul souci est d’écouler rapidement leurs marchandises. Pour maman Pauline, commerçante au marché Mvog-Mbi, plusieurs de mes collègues ont été victimes de cette tromperie. La cause majeure est « qu’elles souhaitent vite vendre pour retourner faire les achats. Des gens profitent de leur naïveté pour les duper. Nous avons demandé qu’elles ne prennent plus les billets de 10.000Fcfa très neuf. Dans le cas contraire, qu’elles remettent à quelqu’un de plus expérimenté pour faire la monnaie », suggère-t-elle.

Frank William BATCHOU

à Yaoundé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Articles récents